Bloodlust

Du sang et des armes
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Quand frappe la mort

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Quand frappe la mort   Mer 6 Fév - 15:50

743 Ap. Néinnes, quelque part dans les plaines de la Kiine Maude...

Le cavalier avançait au pas. Il avait entendu parler du village. Prospère, situé en plein cœur des plaines du centre. Parfois, l'empire Derigion avait du bon. Les citoyens avaient confiance dans leur puissance. Au cœur de l'empire, rien ne pouvait leur arriver, pensaient-ils. Et quelque part, c'était un peu vrai..

***

- J'en ai été averti ce matin... Elle s'appelle Eyeball. C'est une Arme puissante, très dangereuse... Complètement instable, sadique et violente...

***

Le cavalier continuait à avancer, son cheval renâclant. Il faisait chaud ce matin, et il cuisait dans son armure, spécialement confectionnée pour lui. Tout autour, les champs de bri ondulaient au grès de la brise d'été. A son côté, l'Arme commençait à vibrer d'excitation...

***

- ...ses Porteurs ne sont que des pantins entre ses mains. Des jouets que l'on jette lorsqu'ils sont hors d'usage. Elle garde quasiment tout le temps le contrôle... Le plus atroce, c'est qu'elle aime jouer... elle joue avec la mort...

***

Il entra dans le village Arme au poing. Ses objectifs ne faisaient aucun doute. Ceux qui tentèrent de fuir n'allèrent pas bien loin.

Il fit mettre en rang les femmes et les enfants du village. Les hommes, eux, n'eurent pas ce privilège. Ils étaient déjà morts. Quelque part, ils avaient de la chance...

Il fit distribuer à chaque enfant une arme : couteau, caillou ou bâton. Et il annonça la règle du jeu : Il n'y aurait qu'un survivant, et celui-ci aurait la vie sauve. Les autres...

Pour chaque gamin qui refusait le jeu ou avait trop peur, il abattait d'abord la mère, puis l'enfant.

Et elles regardaient impuissantes leurs fils et leurs filles s'entre-tuer... Et l'Arme riait, riait intérieurement, car elle savait qu'elle avait menti.

Il n'y aurait pas de survivant...

Il n'y avait pas de message, pas de raison de faire cela. C'était purement gratuit. C'était son plaisir. Le plaisir d'un Dieu.

Et son Porteur, impuissant, maudissait son Arme et ce qu'il était devenu.

Lorsqu'il quitta le village, celui-ci n'était plus que cendres. Et la légende de « Eyeball la maléfique » allait continuer...

***

- ...et elle ne laisse aucun survivant derrière elle. Cette Arme est un monstre. Il faut que vous la retrouviez. Sa trace n'est pas difficile à suivre... IL est temps d'intervenir.

***

L'armure cliqueta lorsqu'il descendit de cheval, Eyeball à la main. La petite bourgade ou il se trouvait comptait environ 150 âmes... Et ils avaient visiblement eu vent de sa venue, comme l'attestaient les volets fermés, les portes closes et la vingtaine de paysans armés de fourches et de faux qui l'attendaient au milieu du village. Les fous...

Cette fois, il ne ferait pas dans la dentelle. Un bain de sang, voilà ce que cela serait.

Il se jeta dans la mêlée...

Les villageois tombaient les uns après les autres autour d'Eyeball et de son Porteur, virevoltant et tranchant dans les corps et les membres comme un virtuose de la mort. Leurs armes improvisées ne rayaient même pas son armure... Les portes commençaient à s'ouvrir et les femmes allaient porter secours à leurs époux... Le Porteur eut un sourire...

Il mit rapidement fin au combat. Les paysans étaient tous morts ou agonisants, et le reste du village, femmes, enfants et vieillards en majorité, l'entourait, frappé de stupeur, tous tremblant d'effroi.

Tous sauf un...

Un jeune homme blond était assis sur un sac de bri, et le regardait droit dans les yeux, d'un air de défi, presque menaçant. Il n'avait pas bougé de tout le combat.

Le Porteur s'approcha, jetant tout de même au coup d'œil au coté du jeune homme. Pas d'Arme, pas d'armure.

Il en avait vu des comme lui, qui venaient de perdre un parent et qui n'avaient qu'une envie, enfoncer sa lame dans le cœur du porteur, pour assouvir une juste vengeance. Ces individus n'avaient plus aucun sens commun, perdaient toute logique et n'hésitaient pas à s'attaquer à un Porteur... même sans Arme !

Eyeball adorait jouer avec ces gens.

Il s'approcha et plaça la lame de son Arme sous sa gorge. Il le défiait toujours du regard. Le Porteur d'Eyeball, toujours sous contrôle, eut un sourire carnassier...

- Alors petit, tu veux me tuer ?

Le jeune homme fut trop rapide. Une seconde avant il était assis. La seconde d'après il était face au Porteur. De sa main droite, il maintenait le bras qui portait Eyeball, et de la gauche, il enserrait sa gorge. Il avait conservé son air de défi...

Le Porteur eut un petit air surpris lorsque d'un coup de genou, le jeune homme brisa son armure, écrasa ses organes internes et broya sa colonne vertébrale.

Il s'affala mollement au sol.

Le jeune homme récupéra l'Arme et se retourna vers les villageois, qui le regardaient avec cette lueur d'espoir, que l'on peut voir dans les yeux de ceux qui viennent d'échapper à la mort.

Certains commençaient déjà à acclamer leur sauveur.

Ses mots tombèrent comme un couperet :

- Je suis désolé...

***

Le jeune homme blond quitta le village en cendre, Eyeball dans ses bagages. Le voyage jusqu'à Nerolazarevskaya dura deux semaines. Et là...

- C'est fait ?

- Oui.

- Pas de témoins ?

- Non.

- Montrez la moi...

- Tenez.

- Parfait. C'est exactement le genre d'Arme qu'il nous faut. Nous devrions en tirer un bon prix...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
 
Quand frappe la mort
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Michael Jackson" est mort...
» Diablo
» [Schmitt, Eric-Emmanuel] Quand je pense que Beethoven est mort alors que tant de crétins vivent
» Tatsunoko VS Capcom. [Quand Karas frappe Ryu]
» La mort, un cadeau?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloodlust :: Background :: Nouvelles-
Sauter vers: