Bloodlust

Du sang et des armes
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le reflet de Taamish

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Le reflet de Taamish   Lun 3 Mar - 18:28

Après avoir été invitées dans sa propriété par Alhar et sa porteuse, Dame Léona, les Armes (Black Mist, Valar Morgulis et Kerka) se voient proposer un contrat : elles doivent se rendre à Nerolazarevskaya, à l’extrême est de l’Empire Derigion pour y infiltrer une organisation regroupant les armes les plus violentes de tout Tanaephis : la Mort Carmin. Les membres de cette secte, dirigés par Anathos et son bras droit, Hellrider, préparent depuis des années la révolte des Vorozions, réduits en esclavage depuis plus de deux siècles. Estimant que le peuple Vorozion a déjà trop souffert et qu’il a droit à la liberté, la Mois du Bonheur, organisation regroupant des Armes pacifistes dont Alhar fait partie, souhaite que cette révolte réussisse. Ne pouvant pas s’impliquer eux même dans les projets de la Mort Carmin (leur pacifisme serait vite découvert), Les membres du Mois du Bonheur ont donc besoin d’intermédiaires : les Armes.

Les objectifs sont les suivants : s’assurer que la révolte réussisse et obtenir un maximum de renseignements sur les objectifs de la Mort Carmin afin de sauvegarder les intérêts des membres du Mois du Bonheur et leur permettre de se mettre à l’abris.
En échange de leur collaboration, les Armes seront richement récompensées.


Afin que leur arrivée à Nerolazarevskaya ne paraisse pas suspecte, Dame Léona les accompagnera et les fera passer pour ses gardes du corps. Elle possède d’ailleurs une résidence secondaire sur place où elle restera le temps que les Armes seront en territoire Vorozion. Le départ de Pôle se fait le lendemain et le trajet est un moment propice pour se lier d’amitié avec Dame Léona et Alhar. La porteuse n'est pas très farouche et semble affectionner les vêtements aguichants, même si Alhar précise bien qu'elle désire que cela en reste là "pour le moment".

Arrivée à Nerolazarevskaya, Alhar quitte les Armes en leur indiquant comment entrer en contact avec elle (discrétion absolue !) et en leur disant qu'elle leur a réservé des chambres à l'Ambassadeur, une auberge relativement luxueuse mais surtout discrète. Enfin, elle leur dit qu'un dénommé Seris se charge du recrutement pour le compte des rebelles et qu'il faudra donc chercher à le contacter.

Les Armes consacrent les jours suivants à tenter d'entrer en contact avec le fameux Seris. Elles parcourent les bouges du quartier Vorozion ainsi que les venelles du quartier noble, vont d'auberges en tavernes, de commerçants en forgerons, de mendiants en esclaves et prennent bonne note du climat de tensions qui s'est abattu sur toute la ville.

Lors de leurs investigations, Kerka et sa porteuse, une jeune femme à la plastique parfaite dénommée Cassendreï, assistent à une scène qui leur déplait fortement : Attendant nonchalament que le forgeron apporte les dernières touches son armure d'apparat, un jeune noble Derigion s'amuse à lancer des braises sur son esclave, une petite fille d'une dizaine d'années. La petite fille est en larme, le forgeron contient sa colère et le noble s'amuse de l'air outré qu'affiche Cassendreï. Goguenard, il tends un tison à la jeune femme, qui pour toute réponse plonge sa hallebarde dans la forge et s'en sert pour projeter des charbons ardents sur le jeune homme. De colère, ce dernier dégaine son arme, mais n'a pas le temps d'esquisser le moindre geste que Kerka fouille déjà ses entrailles. Dans un gargouilli, le noble s'écroule. Son corps, découpé en morceaux, sera incinéré dans la forge...

Après d'autres recherches auprès du peuple c'est finalement Seris qui trouvera les armes. Il "tombe" sur elles dans une ruelle sombre, accompagné d'une dizaine d'écornifleurs. Il s'agit d'un véritable piège, une demie-douzaine d'arbalétriers étant postés en surplomb et les hommes de Seris barrant tous les accès. Seris et surtout son arme, Hellrider, est très soupsonneux et ne se laisse pas convaincre par le discours des Armes et de leurs porteurs. La tension monte entre les deux groupes et le conflit semble inévitable. C'est le moment que choisi alors Anathos et son porteur, Horus, pour intervenir. Il réprimande sèchement Hellrider. "Si tu passais un peu moins de temps à préparer TON fabuleux plan, tu ferais peut être un peu plus attention aux infos données par nos contacts. Ceux là sont avec nous, ils méritent notre considération et qui plus est, l'aide de plusieurs porteurs est providentielle."

Horus se présente alors aux porteurs. C'est un leader né, un homme charismatique que l'on a envie de suivre. Rien d'étonnant à ce que ce soit lui qui dirige la Révolution...

Horus entraîne les Armes et leurs porteurs dans une taverne voisine, tenue par un certain Guévara. Autour d'une bière, servie par la charmante fille du tenancier, Horus leur dit que pour intégrer le mouvement, ils vont devoir faire leurs preuves. Ils seront définitivement grillés auprès des Derigions puisque la tâche qu'il leur confie n'est rien de moins que d'assassiner Pierric Saint-Marc, le chef de la garnison Derigion.

Ce dernier est un soldat vétéran, porteur d'une Arme nommée Fractal, dont les prouesses martiales et le talent pour diriger ne sont plus à prouver. Malgré tout le respect qu'ils peuvent avoir pour lui, ses hommes l'appellent "Peau de fesse" dans son dos, allusion au fait qu'il est totalement dépourvu de pilosité...

L'assassinat de "Peau de fesse" n'est pas une partie de plaisir, ce dernier étant toujours protégé par deux gardes du corps, issus de la garde prétorienne.
Les Armes lui tombent dessus en pleine nuit alors que Pierric revient d'un petit séjour chez les prostituées. L'affrontement est long et difficile, et c'est avec peine que Cassendreï parvient à abattre "Peau de fesse".

Couverts de blessures, pourchassés par la milice, Marcus (un jeune Vorozion couard porteur de Black Mist), Thamtham (un guerrier Gadhar taciturne porteur de Valar Morgulis) et Cassendreï retournent chez Guevara avec, dans leurs fontes, la tête de Pierric Saint-Marc. Ils seront soignés par Guevara et sa fille en attendant le passage d'Horus.

Quand il arrive, Horus laisse échapper sa joie et invite nos héros à le suivre jusqu'à la base des rebelles. Ces derniers sont installés au coeur du système d'égoûts. Une activité de ruche agite l'endroit, des guerriers s'entraînant, des coursiers allant dans tous les sens pour transmettre diverses informations ou ordres... Ils y retrouvent Seris et Hellrider, occupés à dresser leur plan. Anathos laisse à Hellrider le soin de s'occuper des nouvelles recrues. Bien qu'il cache difficilement le fait qu'il ne leur fait toujours pas confiance, Seris leur demande leur aide : il a besoin de plusieurs documents, notamment du cadastre afin de dresser une liste des maisons à attaquer.

Il envoie donc les Armes infiltrer la mairie pour lui procurer ce qui lui manque. L'infiltration se fait en pleine nuit et est un succès. Hellrider est satisfait de ce que les Armes et leurs porteurs viennent d'accomplir et les remercie pour leurs efforts.

Ravi que Seris soit enfin convaincu de l'utilité de ces recrues, Horus s'appuie de plus en plus sur nos héros. Il les envoie même négocier pour lui l'aide fournie par les Batranobans auprès de Touffik Al'Shawaad, l'émissaire Batranoban et porteur d'une dague nommée Sandstream.

Même si ils sont royalement reçus par l'émissaire, les négociations sont ardues. Après plusieurs heures (et une accoutumance au muffin pour Marcus) les termes sont enfin fixés. Les Batranobans fourniront plusieurs troupes de cavalerie, ainsi qu'une grosse cargaison de copeaux de charko et deux maîtres épiciers qui veilleront à la bonne utilisation des épices.

C'est alors qu'Alhar apprendra à Valar Morgulis qu'elle a recruté deux autres armes en renfort : une morningstar nommée Berzalaït et une épée batarde nommée Feydreyra. Elle précise que les porteurs les retrouverons dans une auberge du centre ville et qu'ils n'auront aucun mal à reconnaître les nouveaux venus.


Dernière édition par Admin le Dim 9 Mar - 23:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Re: Le reflet de Taamish   Dim 9 Mar - 23:49

Ahlar ne s’était pas trompée. Nos héros trouvèrent les armes en question portées par deux barbares musculeux dont les regards pareils à deux charbons ardents ne laissaient aucun doute sur leur condition : c’était des yeux de braises, les guerriers d’élite du peuple Piorad.

La prise de contact fût un peu difficile, la conversation tournant pratiquement à l’affrontement quand il fût question de savoir qui paierait. Karlson le violeur , le vétéran couturé de cicatrices et bardé de tatouages porteur de Feydreyra, estimant que c’était à la « tapette », alias Marcus, de payer. De son côté, Mordrac le Sanglant en vint aux mains avec la Sekeker. D’un coup de sa morningstar, Berzalaït, il fracassa la table pour montrer son mécontentement à la « vulgaire femelle » qui lui avait envoyé le contenu de sa chope au visage.

L’altercation fut stoppée par le tenancier, bravement caché sous son comptoir, qui annonça que « c’était la maison qui offrait ». Le petit groupe de porteur partit donc retrouver Horus et Anathos pour lui présenter les nouvelles têtes.

Bien que méfiant vis-à-vis des nouveaux, Horus envoya les porteurs pour une mission d’assassinat. Comme lors du meurtre de « Peau de fesse », il s’agissait d’une mission qui grillerait les exécutants auprès des Derigions. Rien de moins que l’élimination de Siméon Ferrières, le nouveau gouverneur de la province.

Après une rapide reconnaissance effectuée à son palais situé à quelques polacs de Nerolazarevskaya, Marcus parvint à la conclusion que toute attaque frontale relevait du suicide. Il fallait donc trouver un autre moyen d’approcher le gouverneur. La réponse vint d’un esclave travaillant chez le gouverneur. Ce dernier, grand amateur de chasse et fraîchement arrivé de Pôle, désirait ajouter une créature légendaire de la région à son tableau de chasse : l’ours nandi.

D’après les rumeurs, il s’agirait d’une créature dont l’apparence serait entre celle de la hyène et celle du glouton, plus agressive que toutes les autres créatures de Tanaephis et que l’on trouverait dans les collines de Delinelle.

Toujours est il que depuis son arrivée, Siméon Ferrières était obnubilé par cette créature et préparait avec frénésie sa partie de chasse dans les collines.

Forts de ces renseignements, nos héros décidèrent de partir en reconnaissance afin de trouver un site propice à une embuscade. Une fois le lieu sélectionné, Karlson et Mordrac s’arrangèrent pour que le gouverneur passe effectivement sur le lieu de l’embuscade : ils terrorisèrent les paysans et leur ordonnèrent de se plaindre au gouverneur des ravages occasionnés par l’ours nandi. En guise de caution, ils kidnappèrent plusieurs enfants. Après s’être distrait avec les enfants, Karlson décida de les vendre comme esclaves à un vendeur de chair humaine peu regardant.

Au jour J, tout était prêt. Embusqués dans les bois, Marcus et Cassandreï se tenaient prêts à provoquer la panique dans le groupe de chasse. De l’autre côté de la plaine, montés sur leurs puissants sharaks, les yeux de braises attendaient le bon moment. Enfin, resté en arrière, Thamtham s’assurait de son côté de la coopération pleine et entière des paysans.

Quand le groupe de chasse arriva, Marcus et Cassandreï furent surpris non seulement par le nombre de cavaliers présents mais aussi par le fait que trois chars de guerre faisaient partie du convoi. Chaque char était dirigé par un noble Derigion et il était difficile de savoir dans quel char pouvait bien se trouver le gouverneur.

S’en tenant au plan, Blackmist utilisa un de ses pouvoirs et une brume épaisse commença à s’élever du sol. Profitant de la brume, Cassandreï s’approcha au maximum du cortège et lança un jet de flammes sur le premier cavalier qu’elle vit. De surprise, le cheval hennit de terreur et son cavalier fut désarçonné. Utilisant la brume qui masquait leur faible nombre, Marcus et Cassandreï répandirent la panique dans les rangs Derigions. De toute part, les chevaux se cabraient, des cris étaient lancés et la formation commença à se disloquer.

Marcus sentit le sol trembler, et vit un char lancé à pleine allure. Il porta un coup de doloire à l’aurige mais ne parvint qu’à déséquilibrer ce dernier. Un soldat de l’équipage lui porta un violent coup de lance qui lui déchira la cuisse. De douleur, Marcus tomba au sol.

Le char, hors de contrôle, fila à bride abattue droit devant lui. Mais Cassandreï qui était parvenue à se positionner sur sa trajectoire découpa les pattes du premier cheval qui s’écroula. Les autres chevaux trébuchèrent et tombèrent à leur tour, entraînant le char avec eux. Ce dernier se retourna, écrasant son équipage. Cassandreï se précipita et constata que tout les Derigions avaient été tués.

C’est le moment que choisirent les Piorads pour charger. Traversant le cortège de chasse, fauchant les soldats ennemis de leurs armes, leurs sharaks terrorisant les montures, ils y répandirent la confusion la plus totale. Avisant les deux chars restants qui filaient chacun de leur côté, les deux barbares se séparèrent.

Rattrapant le char lancé à pleine allure, Mordrac leva bien haut sa morningstar et l’abattit de toutes ses forces sur le crâne de l’officier dirigeant le char. Le casque du Derigion fut broyé sous le choc et ce dernier tomba du char, mort. Evitant les tirs de flèches provenant du char, l’Œil de braise fit demi-tour pour rejoindre au grand galop son frère d’arme.

Ce dernier s’était approché du char mais avait été repéré par plusieurs membres de l’escorte qui fonçaient tous sur lui. La lame de Feydreyra chauffa à blanc quand Karlson l’abattit sur le noble, l’ouvrant de l’épaule au sternum, le tuant sur le coup.

Karlson ne pu cependant éviter la contre-attaque menée par les membres de la garde du gouverneur. Il tua un ennemi d’un violent coup d’épée batarde avant de recevoir un violent coup porté par un cavalier Derigion. Le glaive du Derigion atteignit le Piorad en plein dans le nasal de son casque et Karlson, sous le choc, vida les étriers.

Hébété, cherchant à reprendre ses esprits, Karlson remis son casque en place pour s’apercevoir qu’un soldat à pied était sur le point de l’achever d’un coup de lance. Le Piorad, roulant sur le côté, ne fut pas transpercé par la lance qui ripa sur la cotte de maille du barbare.

C’est le moment que choisi Mordrac pour intervenir. Passant à côté du fantassin, il balança sa morningstar dans le visage du soldat qui s’écroula.

Karlson se remit en selle et les deux Yeux de braises s’enfuirent. De leur côté, Cassandreï et Marcus firent de même et c’est victorieux qu’ils rentrèrent à Nerolazarevskaya.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Re: Le reflet de Taamish   Sam 5 Avr - 21:06

Une fois rentré à Nerolazarevskaya, nos héros se rendirent chez Guevara.

Là bas, un jeune porteur d'une quinzaine d'années est déjà présent et ne peut s'empêcher de dévisager les nouveaux arrivants. L'inconnu est blafard, décharné et porte attaché dans son dos un espadon à l'aspect menaçant.

Mordrak, n'appréçiant pas d'être toisé par un "connard blanc comme une merde de laitier" prends l'adolescent à parti et l'insulte copieusement. Ce dernier reste un moment silencieux puis fait comprendre au Piorad qu'il faut qu'il dégage. Mais il faut plus que des mots pour impressionner un Piorad et qui plus est un oeil de braise. Les provocations de Mordrak finissent par porter leur fruit et l'étranger, la rage au ventre, se lève et renverse la table à laquelle il était assis.

D'un geste rapide, il dégaine son arme et se jette sur le barbare en rugissant alors que son arme, prennant la parole pour la première fois, hurle "Tu vas connaître la fureur de Death !!!". Mordrak n'a pas le temps de frapper son adversaire que Death lui porte un coup terrible à la tempe qui fait exploser la moitié de sa tête dans une gerbe de sang, de fragments d'os et de cervelle.

Couvert de sang, l'adolescent est à son tour neutralisé par le second Oeil de Braise : Karlson le violeur. Abattant Freydreyra d'un geste oblique, le Piorad tranche la jambe du porteur de Death au niveau de la hanche. Agité de spasmes et se vidant de son sang au niveau de son artère fémorale sectionnée, le jeune homme meurt dans les secondes suivantes.

C'est alors que surgissent Horus et Anathos. Après un court instant nécessaire pour se remettre du choc, Anathos insulte copieusement Death à qui elle avait bien dit "de se tenir à carreau et de ne pas faire de conneries". Ce à quoi Death rétorque que pour une fois elle n'y était pour rien et que c'est ce "groupe de connards" qui l'a provoquée. Elle veut bien faire des efforts pour ne pas tuer tout le monde sur son passage, mais faut pas non plus lui demander l'impossible.

Horus, fort en colère, emmène les armes ainsi que Death dans son repère.

Berzalaït est remise à un individu nommé "Krô le Beau". Entaché par une ascendance orque, le nouveau porteur a un look affreux. Grand, efflanqué, la peau verdâtre comme celle qu'avaient les orcs il y a des siècles, Krô n'est pas vraiment un canon de la beauté. Et pourtant, son look n'était pas assez horrifique pour qu'il ai pu être accepté au sein d'une unités de scories, ces mercenaires cannibales qui terrifient tout ceux qui pourraient les affronter. Krô en a conçu une certaine rancoeur mais en a surtout hérité son surnom.

Les armes furent "mises au vert" et planquées par les rebelles pendant plusieurs jours.

Au sein de la base des rebelles, la tension monte progressivement, les hommes sont sous pression, prêt au combat et les rumeurs vont bon train pendant deux semaines. L'attaque serait pour demain... Les Batranobans vont venir nous aider... Personne ne sait ce qui est vrai ou pas. Personne à part Anathos qui est à l'origine de la plupart des rumeurs pour maintenir ses troupes sur le pied de guerre.

Et puis un jour, ce n'est plus une rumeur. Anathos, son porteur fièrement campé sur une estrade, annonce à tous que l'attaque aura lieu demain. Il présente également les différentes cibles et la constitution des groupes de combat ainsi que la liste des civils Derigions qui seront massacrés par leurs esclaves ou voisins.

Les armes préviennent Alhar et Dame Léona et se préparent pour le combat à venir.

La nuit, lorsque Taamish se lève, les insurgés se lancent à l'assaut des points clef de la ville. La première cible est la caserne de la garnison Derigion. Une poignée de rebelles menés par Krô le Beau s'infiltre dans le bâtiment et ouvre les portes aux Vorozions. Alors que les combats font rage dans la cour du bâtiment avec les gardes en faction, Krô et ses hommes réalisent un véritable carnage dans les dortoirs. Les Derigions, pour la plupart drogués au copeau de charko, ne se réveillent même pas alors qu'ils sont systèmatiquement massacrés. Les quelques deux cents gardes épargnés par les effets de la drogue forment un dernier carré dans la cour de la caserne et se battent jusqu'au dernier.

Pendant ce temps, des groupes menés par les autres porteurs d'armes lancent des attaques sur les portes nord et sud de la ville. L'affrontement avec la centaine de garde en faction à chacune des portes tourne rapidement en faveur des insurgés qui ouvrent les portes de la ville. Les troupes mercenaires, cantonnées depuis des semaines à l'extérieur de la cité en profitent pour pénetrer dans Nerolazarevskaya et se joignent aux Vorozions.

Les Vorozions, qui n'avaient jusque là pas rencontré véritablement d'opposition se retrouvent alors en difficulté en deux endroits de la cité. Le premier point de résistance est le port. Les troupes Derigions cantonnées là bas anéantissent la cavalerie mercenaire. Menant la contre-attaque sur les troupes portuaires, Marcus et Black Mist, pourtant à la tête de combattants vétérans se font tailler en pièces. Au cours de l'affrontement, Marcus reçoit un violent coup de lance dans le ventre. Mortèlement blessé, retenant ses entrailles à l'aide de sa main, il est achevé par un officier Derigion.

Cependant le sacrifice de Marcus et de ses hommes n'est pas inutile car ils retiennent suffisament longtemps les Derigions pour que le "Sceptre", navire marchand Batranoban, puisse accoster et débarquer les troupes contenues à son bord. Ces derniers se lancent aussitôt à l'assaut des troupes Derigions qui flanchent puis finissent par se débander.

Le second point noir est le Palais du gouverneur. Grâce à leur discipline de fer, les 200 hommes de la Garde Impériale font face aux rebelles pendant des heures. Essuyant assaut après assaut, épuisés, subissant des pertes énormes, ils massacrent pourtant tous ceux qui sont assez fous pour tenter de s'approcher du palais. Alors que Thamtham mène ses hommes pour un troisième assaut contre les positions impériales, il est grièvement blessé. Un coup de lance, manquant de peu de le tuer, lui emporte un oeil. Laissé pour mort par les prétoriens, il évite la mort alors que ses troupes sont annihilées.

C'est alors qu'un coup de théâtre se produit : à 5 heures du matin, les troupes Derigions casernées à la porte ouest lancent une vaste contre-offensive, et prennent à revers plusieurs unités mercenaires. Les archers mercenaires, dont le soutien est crucial lors des combats contre la Garde Impériale, sont décimés par les phalanges Derigions.

C'est alors que sous un ultime assaut, les insurgés parviennent à s'introduire dans le palais. Les combats sont acharnés et se déroulent de salles en salles. Après plus de 4 heures de combat, les derniers prétoriens sont enfin éliminés.

Les troupes rebelles se reforment devant le palais et chargent les phalanges Derigions, embourbées dans leurs combats avec les unités légères mercenaires. La mêlée est indescriptible. Les Derigions, mieux équipés et plus frais que les rebelles font un véritable carnage. Les insurgés tombent comme des mouches mais leur moral ne faiblit pas : plutôt mourrir debout que vivre à genoux.

Ce sera le moral des Derigions qui finira par céder : assaillis de toutes parts, les phalanges finissent par perdre leur cohésion. Un soldat tente de s'enfuir, suivi bientôt par un autre. Les phalanges se désagrègent alors que la nasse se referme autour d'elles. Il n'y aura aucun survivant.

Il est 6 heure du matin, Nerolazarevskaya est aux mains des révoltés. Les Vorozions dansent parmi les cadavres alors que les Derigions sont massacrés, leurs demeures pillées et leurs femmes violées...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Re: Le reflet de Taamish   Lun 28 Avr - 17:07

Le nombre de cadavres est innombrable, des rivières de sang coulent dans les rues de Nerolazarevskaya, des têtes plantées sur des piques jalonnent les rues et des corps pendent aux fenêtres et balcons. Anathos a donné relâche à ses troupes qui pillent et font la fête dans toute la ville.

Les porteurs, qui ont tous été blessés au cours de cette nuit de révolte, sont soignés par Guevara et sa fille. La mort de Marcus exceptée, le cas le plus grave est celui de Thamtham. Il parvient cependant à être sauvé, notamment grâce à un traitement régulier de poussière d'Orlog, cet épice aux vertus curatives réputées. Cassandreï profitera de sa "pseudo-convalescende" (les pouvoirs de Kerka l'immunisent en effet à la douleur) pour avoir quelques attouchements avec la jeune fille du patron. Mais les réticences de cette dernière, qui ne partage apparement pas les goûts de l'amazone, font que la jeune Sekeker se lasse très vite et décide d'imiter Karlson le violeur, sorti quelques heures plus tôt pour voir si il n'y avait rien d'intéressant à grapiller dans les demeures des Derigions fraîchement massacrés. Elle écume Nerolazarevskaya, livrant une croisade personnelle et massacrant les "porcs" qui violent les femmes.

De son côté, Black Mist a retrouvé un nouveau porteur en la personne de Achille, ancien membre de la Garde Impériale. Ce dernier, suivant les indications de son arme, parcoure les rues afin de retrouver les compagnons de cette dernière. Il ne manque cependant pas au passage de s'attirer les regards noirs des Vorozions. En effet, l'uniforme Derigion n'est pas vraiment à la dernière mode à Nerolazarevskaya et seule la présence de l'épieu magique à ses côtés permet à Achille de déambuler dans les rues sans être immédiatement taillé en pièce. Si la majorité des Vorozions et des pillards sont trop lâches pour s'attaquer à un porteur isolé, fut-il Derigion, il existe toujours des ambitieux ou des fous pour tenter leur chance.

Le porteur repère très vite un petit groupe de coupe-jarrets qui le suit à distance raisonnable. Tournant dans une ruelle, Achille se retrouve face à deux autres pillards alors que le reste de la troupe pénètre à sa suite dans la ruelle, refermant la nasse. Equipés d'armes ébréchées, de pièces d'armures disparates volées aux cadavres des deux camps, le petit groupe d'écornifleurs semble plus intéressé par l'acquisition d'une arme dieu que par la mort d'un Derigion. Ils se dirigent vers le porteurs, un rictus féroce aux lèvres.

Achille ne laisse pas à ses agresseurs le temps de réagir que déjà il bondit sur les deux hommes qui lui font face. Son adversaire, apparement pas à son premier combat, parvient à parer l'attaque du prétorien. Sa contre-attaque ne fait que riper sur l'armure du porteur mais Achille, déséquilibré par le coup, s'étale de tout son long au pied de son adversaire. Le soudard abat son épée de toute ses forces, faisant voler des éclats du pavement de la rue alors que le Derigion roule sur le côté pour éviter l'attaque. Il esquive un autre coup d'épée, donné par un des hommes alors situé dans son dos. Le porteur se relève, perfore l'abdomen d'un adversaire d'un violent coup d'épieu et fait face à ses adversaires. Mais dans le chaos de l'affrontement, il oublie la présence d'un homme dans son dos. Ce dernier bondit sur le dos d'Achille, passe la lame de son poignard sous le heaume et entaille violement le porteur à la gorge. Blessé, cerné de toute part, Achille parvient à garder son sang froid. D'une ruade, il parvient à jeter au sol son agresseur et évite l'attaque d'un nouvel adversaire. Black Mist estimant que la combat est décidement bien mal engagé décide alors d'utiliser son pouvoir de lévitation. Evitant une nouvelle attaque, Achille s'élève au dessus du sol en direction des toits qui surplombent la ruelle. La première surprise passée, les pillards s'organisent pour ne pas laisser leur proie s'enfuir. Achille, accroché au rebord d'un toit, tente de se hisser alors que les premières flèches sifflent à ses oreilles. La première rebondit contre le mur, alors que la seconde se plante dans l'épaule du Derigion. Manquant de peu de lâcher prise, Achille serre les dents ete fini par escalader le rebord. De nouvelles flèches sont tirées dans sa direction mais n'atteignent pas leur cible. Courant sur les toits, Achille et Black Mist finissent par échapper à leur ennemis, notamment grâce à l'arrivée inoppinée de Karlson et de Feydreyra qui mettent en fuite la bande.

S'inquiètant du sort de Dame Léona, le petit groupe se dirige vers sa demeure. Leurs craintes sont vite confirmées car la magnifique maison de la jeune noble est la proie des flammes. Le feu bloque tout le rez de chaussée et Achille entre donc par une fenêtre de l'étage. Pleurant et suffocant à cause la fumée, il se rend compte que la maison a été pillée : les objets précieux ont été emmenés ou brisés sur le sol. Il trouve le corps de Dame Léona dans sa chambre. Elle a été battue et violée. Quand à Alhar, il est impossible de retrouver l'épée longue.

Sévèrement brûlé par sa petite excursion, Achille parvient à sortir de la maison avant de perdre conscience. Black Mist fait un compte rendu de ce son porteur a pu voir aux autres armes. Alors que le Derigion récupère, les autres porteurs vont à la maison voisine pour apprendre ce qu'il a pu se passer. Une jeune fille, maigre comme un clou et au regard perdu vient leur ouvrir. En discuttant avec elle, ils apprennent que se nomme Flavy et qu'elle était servante ici. Son maître abusait d'elle mais Artus l'a sauvée. C'est lui qui s'occupait des chiens de la propriété et il a envoyé ses mastiffs dévorer les maîtres pendant la nuit. Elle n'a pas le temps d'en dire d'avantage qu'un homme costaud et rablé la pousse sur le côté et fait face aux porteurs. Bien que ces derniers essaient d'être conciliants, Artus refuse de répondre à leurs questions. Il s'estime chez lui et ne pas avoir à répondre à des étrangers. Sous la menace de voir sa protégée massacrée sous ses yeux, il fini cependant par parler.

Artus a vu quatre hommes dont l'un d'eux était en possession d'une hache gadhar couverte de peintures tribales et qui crachait des flammes pénétrer chez Dame Léona et en ressortir peu de temps avant que le feu ne prenne.

Les armes partent donc voir Hellrider. Son porteur, Seris, a investit la mairie et y a établi l'état major de la révolution. Face aux questions de armes quand à l'attaque de la demeure de Dame Léona, Hellrider compulse frénétiquement toutes ses listes de noms et d'adresses, la montre aux armes pour leur montrer qu'elle n'a pas fait d'erreur et que si il y a eu une attaque sur cette maison, elle n'est pas de sa faute. Hellrider envoie tout de même dix hommes quadriller la ville à la recherche d'Alhar : une épée longue dorée.

Surgit alors Anathos et son porteur Horus. Les questions des armes le suprenne mais il connait une arme qui pourrait correspondre à la hache qu'il décrive. il leur explique qu'il suspectait depuis un petit moment la présence d'un traître au sein de la rébellion. Il pensait que ce dernier se démasquerait lors de l'attaque mais il n'en a rien fait. Il a même soupçonné les armes à un moment. Ce traître serait alors un dénommé Voris, porteur d'une hache gadhar multicolore et cracheuse de flammes nommée Mouleh. Il craint à présent que Voris n'aille vendre des renseignements sur la stratégie de défense du territoire Vorozion organisée par Hellrider.

Une rapide recherche menée par Horus et nos héros leur permet d'apprendre qu'un homme correspondant à la description de Voris a quitté la ville par la porte sud après avoir fait de grosses provisions d'eau et de nourriture. La route mène aux collines de Delinelles puis au désert de Samenelles et à la jungle gadhar. Anathos réunit une douzaine de guerriers et d'arbalètriers ainsi qu'un pisteur avec son chien pour les accompagner sur la piste de Mouleh.

S'en suit un véritable jeu de piste, les porteurs trouvant ça et là des traces de Mouleh et de son porteur. Il semblerait que ce dernier a choisi d'éviter précautionneusement la route, patrouillée par les armées des deux camps, pour s'aventurer en pleine nature dans les collines. La chasse à l'homme se poursuit pendant des semaines et finallement, alors qu'ils traversent un champs de ruines orques, ils finissent par tomber sur Voris. Ce dernier prend la fuite sur son cheval à travrs les ruines, poursuivi par les chasseurs. Assurément le meilleur cavalier de la troupe, Karlson parvient à suivre le train d'enfer mené par Voris. D'autres sont moins heureux : désarçonné par sa monture, Krô est pris en croupe par Horus.

Après une dizaine de minutes de course poursuite, Voris saute à terre et s'enfonce en courant dans une cavité naturelle dont l'entrée est décorée de gravures orques. Karlson met pied à terre et entre dans la grotte à la suite de Voris. Il avance à pas lents, conscient que ses yeux rougeoyants font de lui une cible facile à repérer dans le noir total. Alors qu'il progresse à tatons, il est rejoints par Cassandreï, Achille et Thamtham. Ensembles, ils poursuivent leur progression dans les ténêbres. Arrivés à un goulet d'étranglement, ils se retrouvent devoir progresser en file indienne et pliés en deux. Thamtham avance le premier puis une fois sorti, prévient les autres que la voie semble dégagée. C'est alors qu'un jet de flammes vient illuminer les ténèbres. Thamtham est auréolé de lumière pendant une fraction de seconde avant que ses vêtements et cheveux ne s'embrasent et que sa peau ne fonde. Dans un ultime hurlement qui se répercute dans toute la caverne, il s'écroule, carbonisé.

Voris, après avoir tiré et dévoilé sa position, s'enfuit à toutes jambes, poursuivi par Cassandreï, suivie par Karlson quelques mètres derrière et enfin Achille, pratiquement largué. Menant un train d'enfer pour rattraper son retard, Achille ne se rend compte qu'il courre sur un pont suspendu qu'une fois que ce dernier se met à tanguer dangereusement sous le poids du guerrier en armure. Tentant de reprendre son équilibre, Achille bascule dans le vide. Malgré le pouvoir de lévitation de Black Mist, il atterit lourdement au fond de la crevasse.

Pendant ce temps, les autres porteurs continuent de poursuivre Voris et Mouleh dans le noir le plus complet. Ne voyant pas où il va, Karlson percute violement un des étais de soutainement qui se brise sous le choc. Cela a pour effet de provoquer un éboulement d'une partie de la galerie. Karlson ne doit qu'à ses excellents réflexes la chance de ne pas être enseveli sous des tonnes de pierres.

Cassendreï de son côté parvient à rattraper Voris. D'un bond sur le côté, elle esquive une gerbe de flammes crachée dans sa direction par Mouleh. La Sekeker rispote aussitôt et Kerka projette un souffle de flammes dans la direction de Voris. Mais un bruit sur sa gauche lui indique que son tir n'a pas atteint sa cible. Se retournant dans la direction du bruit, Cassendreï à le temps d'apercevoir un nouveau jet de feu être tiré dans sa direction avant de prendre feu. Transformée en torche vivante, la porteuse meurt dans les secondes qui suivent.

Pendant ce temps, Krô, Anathos et le reste des poursuivants ont mis pieds à terre devant la grotte. Se dirigeant vers l'entrée dans la pierre, Krô ressent une terrible douleur dans son dos. Tombant au sol, il n'a que le temps de voir le Sharak de Karlson se faire cribler de carreaux d'arbalète avant de sombrer dans les ténèbres.

Alors qu'il tente péniblement de remonter la paroi rocheuse du gouffre où il est tombé, Achille aperçoit la lueur de plusieurs torches juste au dessus de lui. Horus se penche au bord du précipice et lui tend une main secourable. Soulagé, Achille attrape la main qui le hisse sur le rebord. Horus adresse un grand sourire à Achille avant de lui envoyer Anathos en pleine figure. Un craquement sinistre se fait entendre avant qu'Achille ne bascule une nouvelle fois dans le vide. Quand son corps s'écrase au fond de la fosse dans un bruit écoeurant, le Derigion est déjà mort.

Karlson, couvert de poussière, poursuit sa traque de Voris. Après plusieurs minutes, un glapissement de surprise suivi d'un gargouilli se répercutent sur les parois du tunnel où se trouve le Piorad. Avançant à pas mesuré, Karlson aperçoit la lueur d'une torche. Cette torche est tenue par Horus. Anathos dégoulinante de sang dans l'autre main, il observe un corps recroquevillé au sol : Voris.
Il lève les yeux en direction de l'Oeil de Braise et se jette sur lui en hurlant. Karlson prends Feydreyra a deux mains et assène un coup violent en direction de la tête d'Horus. Ce dernier bloque le bras du Piorad et l'immobilise d'une poigne capable de briser les os. Portant un coup au ventre découvert du Piorad, Horus enfonce profondément Anathos dans le ventre de son adversaire. Les veines parcourant la lame d'Anathos semblent se gorger du fluide vital de Karlson avant que celui ci ne rende l'âme.

Pour les armes qui ont toutes perdus leurs porteurs, c'est le noir complet. Puis la voix d'Anathos se fait entendre, désincarnée.

"Je vous félicite de m'avoir autant distrait et aussi pour m'avoir aidé à mener mes plans à bien. Mais trahir le leader de la Mort Carmin, le dieu le plus puissant de Tanaephis, n'était vraiment pas une bonne idée. De plus, les relations qui vous lient à Alhar n'ont pas lieu d'être. Alhar et moi nous nous aimions ! Comment avez vous pu me trahir de cette façon !!! Vous n'auriez pas dû ! Alhar est à moi, à moi seul !!! Mais aujourd'hui, vous allez être heureux !!! Vous allez partager son destin ! Je vous offre l'éternité à ses côtés !!! L'éternité emmurées dans ces grottes !!!!"

Pour les armes c'est ensuite le néant... Pendant des siècles...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le reflet de Taamish   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le reflet de Taamish
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TEST] Protège ecran miroir + Protège écran anti reflet
» L'art, c'est le reflet que renvoie l'âme
» L''oeil est le reflet de l''âme ...
» TUTO reflet
» Reflet de plume

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloodlust :: Background :: Dans l'épisode précédent...-
Sauter vers: