Bloodlust

Du sang et des armes
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Et s'il n'en reste qu'une...

Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Et s'il n'en reste qu'une...   Lun 28 Avr - 18:02

Les armes ne sentent plus rien, mais heureusement elles s'entendent. Seule Alhar ne donnera pas de réponse... Pendant l'éternité...
Chacune des armes sera passée près de la folie à un moment ou à un autre. Mais le groupe est là. Les autres armes sont là pour soutenir celle qui faiblit, ainsi se forge un lien unique entre les armes... Elles forment une famille...
Bien sûr, la haine les aide beaucoup... La haine qu'elles vouent à Anathos... Une haine sublimée par des siècles de soif de vengeance...

Beaucoup de questions se posent aussi... Qu'est il advenu d'Alhar ? La déesse à l'intérieur semble être morte... Comment tue-t-on un dieu ? Est-ce Mouleh qui l'a tuée ? Ou alors Anathos ? Autre chose ?

Et au bout d'une éternité, un flash... La lumière ! Pas une grande lumière, celles de quelques torches... Qui brillent comme autant de soleils après une éternité dans le noir ! L'odeur ! L'odeur âcre de la transpiration... Et pourtant un véritable parfum délicat pour qui n'a pas sentit depuis si longtemps ! Le bruit ! Le bruit sourd de la pioche tappant la pierre en cadence... Comme la plus raffinée des musiques ! Les sensations humaines ! L'exitation de celui qui vient de trouver le plus précieux des trésors... Le triomphe de l'homme esclave qui brise ses chaînes... La peur... La peur de mourrir... La douleur... L'envie désespérée de vivre... Puis à nouveau plus rien...

Puis un nouveau contact humain. Une main ferme à la poigne assurée. La main d'un guerrier... La rage du combat... Le sang sur moi... Le doux et chaud contact du sang... J'étais prisonnier. Je suis libre ! Je suis un dieu et je suis revenu à la vie !!!

Une fois ses adversaires massacrés, l'homme et ses alliés libèrent mes frères et soeurs. L'expédition archéologique à été anéantie. Les esclaves qui avaient trouvés les armes-dieux ont été éliminés. Puis les gardes qui voulaient s'interposer. Puis les lettrés qui voulaient s'enfuir. Ils sont tous morts. Il ne reste plus personne. Plus que cinq porteurs et leurs dieux.

Le premier d'entre eux est un jeune noble Derigion, Valbert de Fursac. Il s'occupait de l'encadrement des mercenaires recrutés à Pôle... Il est à présent le porteur de la doloire nommée Black Mist.

Viens ensuite Thalestris, une Alweg. D'une mère Sekekers et de plusieurs pères Piorads. Eduquée pour faire partie des guerrières amazone, elle a cependant rejeté leur société intolérante qui l'a toujours considérée comme une paria. Devenue mercenaire pour subvenir à ses besoin, elle est maintenant porteuse de Kerka, la hallebarde.

Sélonia et la seconde femme de l'équipe. Hysnaton elfique et viscéralement lesbienne, elle a toujours refusé de finir comme prostituée de luxe comme ses consoeurs aux oreilles pointues et yeux de chats. Elle porte à présent Valar Morgulis, l'épieu.

Tarek a été déshérité par sa famille. A compter de ce jour il n'est plus Batranoban mais un vulgaire Alweg "social" qui doit louer ses talents pour survivre. Il est maintenant porteur de Berzalaït, la Morningstar.

Heinrich est le fruit des amours d'un Piorad et d'une Derigion. Sa grande force lui a permis de vivre grâce à son épée. Il porte maintenant l'épée batarde nommé Feydreyra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Re: Et s'il n'en reste qu'une...   Sam 10 Mai - 10:16

Les armes mettent également à profit les connaissances de leurs porteurs pour savoir quels sont les changements survenus lors de leur sommeil. Elles sont estomaquées par les nouvelles.

L'Empire Derigion, qui s'étendait auparavant d'une rive du continent à l'autre n'est plus que l'ombre de lui-même. Encerclé par ses ennemis, il ne reste plus de l'Empire que son antique capitale : Pôle ainsi qu'une bande de terrain de quelques dizaines de polacs.

La principale cause de tout ceci : l'Empire Vorozion. Après sa révolte, une guerre sanglante s'est déclarée. Une guerre qui dure encore, plus de 500 ans après la nuit de Taamish. Changeant l'art de la guerre en inventant de nouvelles armes et en modifiant radicalement l'organisation d'une armée, l'Empire Vorozion est en passe de devenir le maître de Tanaephis.

Fort de leur nouveau statut de porteurs, le petit groupe décide de faire route au nord-ouest en direction de la plus grande mégalopole de tout Tanaephis : Pôle.

Alors qu'ils progressent vers Pôle, nos héros décident de faire une halte dans une petit ville : Merunes.

Merunes offre un spectacle sinistre : les champs avoisinant sont piétinés, à moitié brûlés et couverts de cadavres. La ville en elle même n'est plus qu'un champs de ruines, la plupart des maisons s'étant écroulées ou ayant brûlé. Si tout les habitants sont depuis longtemps partis, des hommes se terrent encore dans la ville : les restes d'une armée Derigion. Voyant dans le petit groupe une aide providentielle, le Suradar commandant les troupes décide de puiser dans ses fonds personnels pour acheter l'aide des porteurs. Selon lui, une nouvelle bataille contre les Vorozions se prépare et il a besoin de tous les combattants disponibles.

L'officier avait raison : au petit matin, la ville est encerclée par une armée d'un milliers d'hommes. L'armée Vorozion est impressionnante. Par sa taille tout d'abord, bien que plus de la moitié des hommes soient des paysans levés en masse, mais surtout par l'équipement de ses troupes régulières. Les soldats sont entièrement couverts par une lourde armure, y compris les chevaux des unités de cavalerie lourde et de chevaliers. Mais le plus impressionnant reste la batterie de machines de guerre qu'ont alignés les Vorozions : une demie-douzaine de trébuchets pilonnent Merunes, projettant des blocs de pierre énormes qui percent d'importantes brèches dans les remparts déjà en piteux état de la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Re: Et s'il n'en reste qu'une...   Mer 21 Jan - 14:40

Puis c'est l'assaut ! La marée des guerriers Vorozions s'élance vers les murailles, toujours pilonnées par les trébuchets. A la grande surprise des attaquants, les Derigions ne profitent pas des défenses que leur offre les murailles et tentent une sortie. Poussé par les porteurs d'armes, les unités Derigions se battent avec rage et essuient des pertes catastrophiques. Cependant, la sortie a eu pour conséquence la création de 3 fronts, ce qui mets les nerfs des combattants et de leurs officiers à rude épreuve.

Au centre, Valbert et Sélonia appuient les guerriers d'une phalange face aux troupes de guerriers Vorozions. La lutte est âpre mais les Derigions tombent les uns après les autres. Après quelques heures, ils ne sont plus qu'une poignée.

A gauche, Tarek et Heinrich font face aux levées paysannes qui bénéficient du poids du nombre. Leur phalange est littéralement engluée et se bat avec l'énergie du désespoir.

A droite, Thalestris et sa phalange font face à de nombreuses levées paysannes. Cependant leur hargne et leur désir de tuer leurs permettent de faire de véritables carnages et entraine la fuite de nombreux paysans.

La menace représentée par Thalestris oblige les Vorozions a envoyer une partie des forces du centre vers l'aile droite. Cela permet au reste de l'armée Derigion, mené par Valbert de Fursac de contre-attaquer, pendant que Sélonia, qui est parvenue à rejoindre l'unité d'avant garde, mène la poignée d'esclaves qu'ils sont contre les servants des machines de guerre.

La percée réalisée au centre et la perte des machines de guerre porte un coup dur au moral des Vorozions, qui battent en retraite dans le désordre le plus complet.

C'est alors que Feydreyra a un choc : parmi les fuyards, elle aperçoit un jeune homme porteur d'une hache gadhar : Mouleh !!!

Les autres armes ont a peine le temps de savourer leur victoire que la nouvelle leur parvient : Mouleh était présente sur le site de la bataille et elle a disparu.

Ne laissant pas le temps à leurs porteurs de souffler, les armes partent en chasse de leur ennemie qui semble se diriger vers la ville d'Inaccessability.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Re: Et s'il n'en reste qu'une...   Lun 26 Jan - 17:51

Le trajet vers Inaccessability n'est pas de plus reposant.

Les premières lieues traversent des zones de guerre aux multiples dangers.
Ainsi, la première nuit que passent nos porteurs après la bataille et le théâtre d'un affrontement. Alors qu'ils se préparent à passer une bonne nuit dans les ruines d'une ferme, Sélonia, dont c'était le tour de garde, repère soudain un petit groupe d'hommes qui semblent être des déserteurs. Ces derniers, détectant la présence d'une proie potentielle à cause des bruits et des traces de chevaux, envoient un homme prévenir le gros de la troupe pendant que le reste du groupe se place de sorte à encercler la ferme. La réaction des porteurs ne se fait pas attendre. Ces derniers sortent de leur refuge et massacrent les pillards. Cependant, l'arrivée d'une troupe plus nombreuse les oblige à fuir à travers champs.

Au petit matin, alors que les poursuivants semblent être définitivement perdus et que le groupe traverse une forêt, les porteurs se rendent compte qu'ils se trouvent dans un endroit extrêmement dangereux. En effet, la forêt dans laquelle ils se trouvent étant en bordure de la zone des combats, elle a été piégée avec le plus grand soin par un groupe de faucheurs. De nombreuses fosses et pièges divers interdisent le passage. La progression est très pénible et très lente. Il y a des pièges partout et certains porteurs manquent de mourrir. Le groupe parvient toutefois à s'extraire de là au bout de la journée.

Une fois que l'on s'éloigne de la zone des combats, le paysage est plus calme et la route traverse de nombreux hameaux, vides tout d'abord puis de plus en plus peuplés à mesure que l'on s'éloigne des champs de batailles. Nos porteurs sont accueillis en fin de journée par des paysans qui leur proposent l'hospitalité pour la nuit. Seul Valbert de Fursac semble mécontent d'être hébergé dans un tel "trou à rats". Ses compagnons profitent cependant avec plaisir du répit qui leur est accordé.

Après quelques jours de marche sans histoire, nos héros arrivent en vue d'Inaccessability dont le style architectural est des plus étonnant. En effet la ville mèle avec plus ou moins de bonheur l'architecture raffinée des Derigions et celle, très martiale et impersonnelle, des Vorozions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Re: Et s'il n'en reste qu'une...   Mer 28 Jan - 18:19

Sitôt arrivé, nos héros se mettent à la recherche de la hache gadhar dont les caractéristiques font qu'elle passe difficilement inaperçue. Après quelques recherches ils apprennent qu'un Vorozion, porteur d'une telle hache, est parti la vieille à la tombée de la nuit par la porte Est. En graissant la patte du Ventor en faction, ce dernier leur permet de jeter un regard au registre des sorties, dûment rempli comme l'exige le réglement.
Les porteurs découvrent qu'il s'agit d'un dénommé Ocris et que son chargement est identifié comme "fournitures militaires" mais que le chargement n'a pas été fouillé car le chargement bénéficiait d'une accréditation spéciale émise par le conseil des Vohrs.
Nos héros se précipitent hors de la ville par la porte Est dans le but de retrouver le fuyard. La route qui sort de la ville descend la colline d'Inaccessability, traverse une petite forêt et débouche sur un grand carrefour. La route la plus importante va vers l'Est en direction de Nerolazarevskaya, une route va au sud-est vers Molodëzhnaya, une quatrième au nord-est vers Abazzed et la dernière remonte vers le nord en serpentant à travers toutes les villes importantes de la Kiine Maude. En dehors de ces routes pavées, un bon nombre de pistes partent du carrefour pour relier les différentes bourgades de la région. La piste s'arrête là...
De fort mauvaise humeur, notre groupe retourne à Inaccessability dans l'espoir d'y trouver des indications sur les motivations de Mouleh et de son porteur et de découvrir leur destination.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Re: Et s'il n'en reste qu'une...   Jeu 29 Jan - 13:34

Les porteurs écument donc la ville à la recherche d'information sur Mouleh et Ocris.
En faisant le tour des tavernes, ils finissent par apprendre que le couple est descendu dans l'auberge du "tigre aux dents blanches". En interrogeant le personnel les porteurs rencontrent le petit Lyl, le fils du tenancier, a qui "un monsieur avec une hache pleine de couleur" a demandé de porter un message à une dénommée Phylias qui habite dans une villa du quartier noble. Phylias est une jeune femme aux oreilles pointue mais Ocris ne semblait pas en savoir tellement plus à son égard.
Emmenant l'enfant avec eux, les porteurs refont le trajet en pleine nuit jusqu'à la demeure qui n'est autre que celle des Deyvilles, une des plus vieilles familles de la cité. La villa, bien que sérieusement défraichie, est une merveille d'architecture Derigion. Après avoir fracturé une porte annexe, le petit groupe pénètre dans la maison. Après une brève exploration (et la fracture du col du fémur d'un domestique arthritique), les porteurs rencontrent Myra Deyvilles, la chatelaine. Cette dernière refuse dans un premier temps de répondre à leur question mais un interrogatoire au couteau effectué par Lyl (sous les instructions des porteurs) la fait rapidement parler. Une courtisane nommée Phylias a effectivement séjourné ici. Et un porteur d'arme est venu ici la rencontrer. Ils sont partis avec la "créature". Quelle créature ? Le monstre des Deyvilles ! Il y a quelques siècles la chatelaine a accouché d'un monstre qui vivait depuis dans la cave. Phylias lui a acheté le monstre et le porteur d'arme l'a emmené avec lui. Phylias devait revenir chercher ses affaires mais n'est jamais repassée. Sélonia, en fouillant la maison retrouve les dits bagages et s'approprie les bijoux et les vêtements qu'ils contiennent. De leur côté les porteurs éliminent les témoins : Dame Myra est poignardée par Lyl, son serviteur arthritique est balancé dans le puit de la cour et le dernier serviteur est envoyé dans la cave, pièce maculée de fumier sur un bon pied, avec les tendons tranchés. Les porteurs repartent ensuite, bien décidés à mettre la main sur Phylias.
Cette dernière a disparu alors qu'elle devait récupérer ses affaires puis partir en compagnie d'Ocris. Les porteurs cherchent sa trace, ne négligeant aucune piste. Ils trouveront la réponse à la Guilde des Mercenaires où ils rencontrent deux porteurs : un Vorozion nommé Meryus et son accolyte Vin-Hur, un Thunk porteur d'un glaive nommé Sram-Tyak. Ces derniers confient aux porteurs que tout cela leur dit quelque chose mais qu'ils ne parviennent pas à se souvenir. Moyennant un pot de vin généreux, la mémoire leur revient vite : ce sont eux qui ont été engagés pour enlever Phylias. Par qui ? Un homme dont le visage était caché par une capuche noire et dont ils n'ont pas vu le visage.
Le lendemain, le tenancier du tigre au dents blanches remets aux porteurs une missive qu'on lui a remis à leur intention. Il s'inquiète également du fait que son fils traîne perpétuellement avec eux. On demande l'avis à Lyl pour savoir ce qu'il désire : rester ici et devenir patron d'auberge ou accompagner les porteurs à l'aventure, devenir un porteur d'arme et un puissant guerrier. Pour l'enfant (à peine manipulé !) le choix est très simple : il veut devenir un héros !
La missive émane d'un certain Vélésis, secrétaire particulier d'Ahlamien, qui leur donne rendez vous dans un endroit perdu dans les bas-quartiers.

Arrivés là bas, nos héros rencontrent Vélésis. Ce dernier est escorté de Meryus et Vin-Hur (qui viennent de toucher une jolie prime pour leurs informations) ainsi que de 6 arbalétriers embusqués à proximité. Vélésis leur propose 300 rams pour qu'ils laissent tomber leur enquête et 300 rams supplémentaires pour qu'il trahissent Herasmus et lui disent tout ce qu'ils savent sur ses agissements.

Se rendant compte qu'il y a une légère méprise, les porteurs discutent avec Vélésis. Ce dernier, convaincu qu'ils agissent dans le même sens, les amène chez Ahlamien. Après une petite discussion avec le conseiller, ils apprennent qu'Herasmus est son rival politique amis surtout qu'il est porteur d'arme. Son arme, Anathos, est extrêmement puissante. Anathos ?? L'occasion de se venger de ces siècles d'emprisonnement se présente ! Les armes vont tuer Herasmus et balancer Anathos à la flotte !

Ahlamien, que la mort d'Herasmus arrangerait, permet aux porteurs de rencontrer Phylias, qu'il détient dans son sous sol.
La jeune hysnaton a été battue mais n'a pas parlé.
Voyant les nouveaux venus, elle leur propose un marché : ils la laissent partir vivante en échange de quoi elle leur dit tout ce qu'elle sait sur Ocris et Herasmus.
Ahlamien n'est pas trop chaud pour laisser partir la courtisane mais les porteurs parviennent à le convaincre d'agir comme ils le veulent. Sélonia, sexuellement frustrée depuis quelques jours, décide de profiter des talents de la courtisane et plaque de force son sexe sur la bouche de Phylias. Une fois son orgasme atteint, ce qui est relativement rapide vu l'expertise de l'hysnaton, elle libère la jeune femme.

Phylias, une fois sortie, confie aux porteurs qu'Herasmus a monté un plan pour destabiliser l'empire Vorozion : il compte profiter d'une diversion pour ouvrir les portes de la citadelle des glaces aux piorads. Quelle diversion ? Il va lâcher le monstre dans la citadelle et profiter du chaos ! Comme convenu, les porteurs en informent Ahlamien qui semble fort satisfait de ces informations.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
Admin
Admin


Messages : 159
Date d'inscription : 05/02/2008
Age : 38

MessageSujet: Re: Et s'il n'en reste qu'une...   Sam 31 Jan - 13:14

A la demande des porteurs, Ahlamien accepte de financer leur voyage.
Après un petite séance de shopping, nos héros partent en direction de la citadelle des glaces en emmenant avec eux Lyl (qui chevauche avec Heinrich) et Phylias prise en croupe par Sélonia.

Le voyage n'est pas de tout repos en particulier pour Phylias qui subit les sévices des porteurs qui abusent d'elle et l'oblige à coucher avec des personnes rencontrées sur la route.

Après quelques jours de recherches infructueuses, les porteurs finissent par repérer le chariot d'Ocris. Le contenu de ce dernier est invisible, une grande bâche percée de quelques trous recouvrant la cargaison. Alors qu'ils le suivent, Ocris stoppe son chariot et en descend pour se rendre à l'arrière.

Profitant de l'occasion, Thalestris s'approche à vive allure du chariot et Kerka crache une langue de flammes qui embrase la toile qui couvre le chariot. Affolées, les mules qui tractaient l'attelage s'emballent. Ocris saute du chariot en marche et atterit lourdement sur le sol. C'est alors que les porteurs lancent leurs chevaux sur lui et chargent.

Mouleh lance alors une gerbe de flammes ce qui a pour conséquence d'effrayer les montures qui désarçonnent leurs cavaliers. Seul Valbert de Fursac, qui était resté à distance respectable, reste à cheval.

Ocris subit alors les attaques des porteurs qui le blessent légèrement. Il riposte alors, atteignant Thalestris à la tempe. Cette dernière, bien que blessée poursuit le combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bloodlust.forumsactifs.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Et s'il n'en reste qu'une...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Et s'il n'en reste qu'une...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RESOLU] Mon HD2 reste connecté a orangeworld ?
» ta voiture ne démarre pas le matin,, reste cool!!!
» Il ne reste rien
» Une lettre reste sans réponse
» Douglas Adams - La vie, l'univers et le reste - Le Guide galactique T3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bloodlust :: Background :: Dans l'épisode précédent...-
Sauter vers: